Dragon Ball Multiverse (2008 - en cours, Salagir et al.)

Publié le par GouxMathieu

   Les créations amatrices m'ont toujours beaucoup intrigué. Je suis entré en écriture, comme d'autres entrent en religion, par ce biais, en écrivant qui sur Zelda, qui sur Metroid : il me rassurait de m'appuyer sur un univers préconstruit et d'y naviguer, comme si cela me déchargeait d'une inquiétude étrange. Dragon Ball Multiverse se revendique lointainement de la même idée : mais sa permanence et sa longévité forcent le respect.

 

   On pourra appeler ça, volontiers, du Doujin ; au Japon, c'est là un art très répandu. Des scénaristes et des dessinateurs imaginent des histoires parallèles, des scénarios hypothétiques, des passés et des futurs aux côtés des univers édités et officialisés par leurs auteurs véritables. La chose est mieux venue qu'ailleurs, car le système des droits d'auteur de l'archipel est différemment fait ; et leur qualité est généralement meilleure que ces "fan-fictions" auxquelles je m'étais moi-même essayé, et auxquelles d'autres s'essaient, pour devenir parfois de ces tremplins qui font connaître de jeunes auteurs et de jeunes scénaristes.

   Dragon Ball Multiverse serait de cette veine. À partir d'une série bien aimée et dont j'ai déjà parlé ici, ses auteurs, grands fans devant l'éternel, ont imaginé une sorte de grand tournoi exploitant et collectant toutes les possibilités laissées vacantes par l'histoire telle qu'Akira Toriyama, le premier auteur, l'a contée. Que se serait-il passé si telle menace n'avait pas été annihilée ? Ou si cet allié était mort avant de délivrer son message ou de donner son pouvoir ? À quoi ressemblerait à présent nos héros et ces univers parallèles ?

   Ces jeux de théories, de calculs de puissance et de combats inédits, tous les fans de Dragon Ball les ont imaginés, dans les cours de récréation des écoles, maintenant encore sur les forums avec beaucoup de sérieux et une connaissance aiguë des œuvres ; il y a donc là comme un plaisir puéril, dans le sens vieux et premier du terme, à voir dessiné aussi bien que dans nos imaginations débridées ce combat entre Broly et Végéto, ou entre Cell et Majin Buu, ou entre Goku et Végéta ne serait-ce, combat qui n'a jamais parfaitement eu lieu dans le manga lorsque ces héros étaient au période de leur puissance.

   En toute sincérité, et si ce n'est quelques histoires "bonus" laissées à discrétion de fanatiques enthousiastes certes, mais au crayon moins assuré parfois, certaines planches pourraient très volontiers faire illusion et un naïf pourrait les imaginer sorties d'un tome oublié de cette série qu'il croyait pourtant connaître à fond. Le style est excellent, la composition très bonne ; les dialogues sont sans doute souvent maladroits, mais l'ingéniosité des situations, et des renversements de ces dernières, compensent volontiers l'amateurisme de ces amateurs.

   La longévité du projet, également, étonne. Salagir, principal scénariste, a vraisemblablement une idée complète de l'endroit où il veut mener son histoire et les dessinateurs de s'exécuter ; et quand bien même l'histoire suivrait plus ou moins celle d'un tournoi comme le manga premier a su les raconter, et que l'on pourrait donc estimer au nombre de combats restants le temps nécessaire pour compléter le projet, cela fait néanmoins bientôt dix ans que la chose existe, et il en faudra cinq de plus au bas mot pour compléter le projet. 

   Il y eut des moments d'essoufflement ; il y eut des arcs moins affirmés, plus incompréhensibles ; mais la chose continue pourtant, à l'instar d'autres séries, de mangas ne serait-ce, que l'on connaît et aime par ailleurs. Le projet est cependant surtout dirigé vers les fans, qui sauront apprécier toutes les possibilités que l'histoire explore et catégorise ; et même si les réponses données peuvent parfois décevoir, car éloignées de nos propres et égoïstes motivations et de notre imaginaire sensible, le plaisir de les voir tangibles, transformées en objets, est un plaisir comme seule l'époque moderne peut nous l'offrir. J'encourage, par ma lecture, le travail de ces auteurs ; et j'espère que les curieux en feront de même.

 

Commenter cet article