Articles avec litterature et cafe chaud tag

Mangez-le si vous voulez (2009, Jean Teulé)

Publié le par GouxMathieu

L'une des qualités que je puis le plus apprécier, autant chez un auteur qu'en général, c'est la constance, l'équilibre, l'attingible d'un idéal, d'un objectif et de s'y tenir. Gare à qui placerait la barre trop haut dès l'entraînement, jamais ne pourra-t-il...

Lire la suite

Le Blé en herbe (1923, Colette)

Publié le par GouxMathieu

Je disais ailleurs que nul n'était besoin de connaître les ficelles de son art pour l'apprécier ; je maintiens mes propos. Je disais aussi ailleurs que la théorie permettait de bien mieux comprendre et aimer : j'avais peut-être dit les choses trop faiblement,...

Lire la suite

Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, autrement dite Amérique (1578, Jean de Léry)

Publié le par GouxMathieu

Ces derniers temps, les mises à jour de ce blog se sont espacées : je peux certes blâmer le travail, mais je pense également qu'il me manquait de l'à-propos, cet esprit qui me faisait dire que l'instant était venu de parler de ceci ou de cela. L'écriture,...

Lire la suite

Antigone (1944, Jean Anouilh)

Publié le par GouxMathieu

L'on peut rentrer en Littérature comme d'autres rentrent en religion : une absence, une épiphanie, une promesse suffisent pour cela. Mon histoire de lecteur s'est construite lentement, une découverte après l'autre : si je dis souvent que les Essais ou...

Lire la suite

L'Écume des jours (1947, Boris Vian)

Publié le par GouxMathieu

Je l'ai déjà dit, je le répète : il faut parfois être disposé pour apprécier une œuvre à sa juste valeur. Trop tôt, elle passe sans marquer ; trop tard, on en ressort déçu. Nos parcours culturels sont marqués d'à-propos, et les plus belles bornes jalonnent...

Lire la suite

Remarques sur la langue française (1647, Claude Favre de Vaugelas)

Publié le par GouxMathieu

Il y a de cela quelques temps, j'avais parlé d'une grammaire, et j'avais rapidement évoqué le travail des Remarqueurs. Je reviens ici sur le plus connu d'entre eux, Vaugelas ; et sur son ouvrage le plus étudié, les Remarques. C'est un texte que je fréquente...

Lire la suite

Le Comte de Monte-Cristo (1844-1846, Alexandre Dumas)

Publié le par GouxMathieu

J'ai une tendresse particulière pour les intrigues à tiroir et les romans-feuilletons. Si je suis admiratif des grands projets littéraires qui charpentent toute leur intrigue et en font comme un ressort bandé qui se déploie petit à petit, il y a dans...

Lire la suite

L'Éducation sentimentale (1869, Gustave Flaubert)

Publié le par GouxMathieu

Il y a toujours eu, chez Flaubert, quelque chose d'intrigant. Son humour glacé peut-être, son style enlevé sans doute ; c'est encore la façon qu'il peut avoir de nous tromper qui m'intéresse ici. Car s'il est quelque chose que L'Éducation sentimentale...

Lire la suite

Don Quichotte de la Manche (1605/1615, Cervantes)

Publié le par GouxMathieu

Il m'arrive ces jours-ci la pire des choses, même, la pire des choses qui puissent arriver à quiconque : je commence à prendre place dans ce monde. Petit à petit, irrémédiablement cependant, ce dernier fait sens, je nomme les choses et elles deviennent...

Lire la suite

Le Rouge et le noir (1831, Stendhal)

Publié le par GouxMathieu

Je suis sans doute représentant de ceux qui pensent qu'il existe, dans la Littérature comme ailleurs, deux mouvements : il y a l'allant, et le bifurquant. Il y a la droite ligne, fière, orgueilleuse, énergique et qui jamais ne regarde en arrière ; et...

Lire la suite

Pour Qui Sonne le Glas (1940, Ernest Hemingway)

Publié le par GouxMathieu

D'Ernest Hemingway, comme pour beaucoup de grands auteurs, l'on ne retient souvent qu'un seul titre : Le Vieil Homme et la mer. Ici, la chose est belle, car le roman est grand ; mais je parlerai pourtant d'une autre œuvre qui, il y a de cela quelques...

Lire la suite

Ulysses (1922, James Joyce)

Publié le par GouxMathieu

L'on croit souvent que les théories éclairent les œuvres, et c'est là l'un des arguments majeurs quant à l'existence de la critique littéraire. Certes ; mais il est aussi des livres irréductibles à toute espèce d'explication. Et quand bien même Gérard...

Lire la suite

Grammaire méthodique du français (1994, Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat et René Rioul)

Publié le par GouxMathieu

J'entends déjà les gorges chaudes : que vient faire un ouvrage de spécialité, qui plus est de grammaire, dans la catégorie "Littérature" de ce blog ? Encore, poursuivent-elles, nous avons accepté, jadis, Figures III , car il y avait, au-delà du sujet,...

Lire la suite

Les Règles de l'art (1992, Pierre Bourdieu)

Publié le par GouxMathieu

En ce journal finalement très personnel qui prend néanmoins en compte son statut public, de la même façon que certaines correspondances d'alors profitaient aussi bien aux familiers qu'aux inconnus, je ne traite finalement que peu d'engagement. Certes,...

Lire la suite

Exercices de style (1947, Raymond Queneau)

Publié le par GouxMathieu

À de très rares exceptions près, je suis plus volontiers porté en Littérature sur la forme que sur le fond. Je peux certes prendre plaisir à suivre un roman, et à découvrir ce pourquoi la Marquise sortit à cinq heures et qui a tué le capitaine ; mais...

Lire la suite

Les Regrets (1558, Joachim du Bellay)

Publié le par GouxMathieu

J'ai une relation complexe avec la poésie. Une part de moi l'aime et l'adore, une autre ne parvient pas à la comprendre, dans le sens étymologique du terme. Jamais parfaitement loin de ma main, elle me fascine et me terrifie tout à la fois. Les Regrets,...

Lire la suite

Les Métamorphoses (Vers 1, Ovide)

Publié le par GouxMathieu

Ce sera là le dernier billet de l'année, avant la reprise du blog en janvier. Aussi, pour terminer ce cycle, quoi de mieux qu'un ouvrage qui célèbre le changement, le cycle, le renouveau sous toutes ses formes ? Les Métamorphoses, chef d'œuvre d'Ovide...

Lire la suite

Le Misanthrope (1667, Molière)

Publié le par GouxMathieu

J'ai déjà parlé de Racine ; j'ai déjà parlé de Corneille ; il me faut à présent aborder, il en est temps, le dernier cité parmi les dramaturges classiques, Molière. Et autant ai-je pu hésiter quant à la pièce que je voulais aborder, ici, le choix s'est...

Lire la suite

House of Leaves (2000, Mark Z. Danielewski)

Publié le par GouxMathieu

Il y a, dans tout art et dans tout média, deux niveaux de lecture existants. Il y a, pour résumer, le "fond", et la "forme", le tableau et ce qu'il représente, la bobine du film et le film lui-même. Souvent, les créateurs de disjoindre ces deux niveaux,...

Lire la suite

Proêmes (1948, Francis Ponge)

Publié le par GouxMathieu

Derrière le mot "poésie", beaucoup de choses peuvent être entendues. Il en est qui glissent des choses très précises derrière ce terme, des vers et du rythme : mais que faire alors de Chrétien de Troie, que faire de René Char ? Il en est qui ne font pas...

Lire la suite

1 2 3 > >>