Star Wars Episode V : L'Empire Contre-Attaque (1980, Georges Lucas)

Publié le par GouxMathieu

http://dimension6.files.wordpress.com/2009/12/star-wars-darth-vader-3.jpg  Parmi ces films que je peux voir, revoir, regarder encore à en vomir, parmi ces films que je pourrai sans l'ombre d'un doute emporter sur une île déserte pour les regarder à jamais sans m'en lasser, L'empire contre-attaque serait sans aucun doute le premier sur ma liste. Véritable électro-choc lorsque je l'eus regardé pour la première fois, il reste mon grand "coup de cœur" cinématographique que rien encore n'a pu, ou même su, égaler.

 

  Mais je dois, ici et maintenant, mettre fin à quelques poncifs faciles. Si j'aime ce film, ce n'est pas en regard de sa position vis-à-vis de la "sextologie" globale, que j'apprécie pourtant énormément ; si je l'aime, ce n'est pas pour ses effets spéciaux, incroyables pour l'époque et ayant, curieusement, bien moins vieillis que d'autres productions plus modernes ; si je l'aime, ce n'est même pas pour cette fameuse révélation faite à Luke Skywalker par son nemesis sombre, le bien-nommé Dark Vador, non.

  Si j'aime ce film, c'est pour tout ce qu'il est, et non pour tout ce qu'il devrait être.

   L'épisode V fut, étrangement, le premier de la fameuse saga "Star Wars" que je vis réellement. Je connaissais la licence, son nom plutôt, au moyen de plusieurs publicités pour des figurines, des cartables, voire des jeux vidéo : mais je ne connaissais rien à ces films, à l'univers, à sa "mythologie". Et puis, par hasard, je suis tombé dessus. Sans rien connaître de l'épisode IV (le résumé en début de film remplissant parfaitement bien son office), je me suis plongé entièrement dans un monde où tout était à assimiler : les personnages, la technologie, les enjeux. Je pense ne pas avoir tout saisi la première fois. Les Jedis ? La Force ? L'Empire, la Rébellion ? Je voyais sans comprendre, mais j'étais ouvertement ravi, car le film reste un des meilleurs du genre "d'action" à n'avoir jamais été réalisé.

   Cela se ressent dès l'ouverture du film, en toute quiétude, avec cette sonde venue de l'espace lointain comme une menace invisible, l'ennemi venant, comme toujours, de l'extérieur. Puis la découverte, par l'ennemi précisément, des rebelles sur la planète des glaces, qui précède une bataille rangée à dix contre cent, dont le réalisme ne finit par de m'étonner... Canonnerie, véhicules lourds, couverture aérienne : c'est là une stratégie de général antique à n'en point douter.

  La défaite, chose exceptionnelle pourtant dans un film du genre, conduit à la pire des malédictions croit-on : l'éclatement d'un groupe que l'on pensait uni tant les uns semblent tenir aux autres. Ne dit-on pas "diviser pour mieux régner" ? Mais le pouvoir de l'Empire précipite déjà sa perte : colosse aux pieds d'Argile, il se trouve être incapable de répérer les "moustiques" qui s'agitent devant ses lourdes pattes. Et tandis que les dissidents cachés cherchent refuge auprès d'anciens amis, le héros solitaire part s'entraîner auprès d'un maître issu d'un âge révolu.

   Ces décisions, non seulement affectent l'avenir des individualités, en poussant le héros, précisément, à s'aguerrir et les rebelles à grossir, finalement, leurs rangs, mais ont des répercussions improbables qui vont même précipiter l'aventure. Car Luke Skywalker n'est pas prêt à affronter Dark Vador, il ne peut le vaincre et il n'y aura aucun miracle, aucune lumière céleste, aucun bras vengeur : Joyeuse restera silencieuse. Quand aux nouvelles "recrues" de la rébellion, elles ont rejoint les rangs de la liberté au détriment de la perte de leur leader, vendu pieds et mains liés à son passé trouble, comme si la justice éternelle avait encore son mot à dire.

  L'épisode, d'une mélancolie improbable, se clôt sur une promesse que l'on veut voir tenue ; et laisse alors le champ libre aux prévisions les plus folles...

   Et avec tout cela, vous voulez que ce ne soit pas mon film favori ?

http://johneaves.files.wordpress.com/2010/05/star-wars-the-empire-strikes-back-posters.jpg

Commenter cet article