Yakitate!! Ja-pan (2002-2007, Takashi Hashiguchi)

Publié le par GouxMathieu

   Ce que j'aime dans le manga, c'est l'incroyable diversité des situations et des thèmes que l'on peut y trouver. Aux côtés des histoires d'action, qui demeurent de loin mes préférées, on y trouve des récits sportifs, sur l'univers du vin, sur l'histoire, sur tous les domaines de l'expérience humaine. Ici, l'on parlera de pain.

 

 

   J'ai suivi Yakitate!! Ja-pan lors de sa parution, jadis, aux côtés d'autres mangas de l'époque. Il était pourtant un peu loin de ma zone de confort, mais je ne fus pas déçu du voyage. Le concept général est assez simple : un jeune homme, Kazuma Azuma, est grand amateur de pain. Le Japon, cependant, ne connaît guère l'aliment, lui préférant le riz pour accompagnement. Qu'à cela ne tienne : il perfectionnera son art pour devenir le boulanger le plus inventif de son pays.

   Yakitate... fait partie de cette sous-catégorie très spécifique des "mangas culinaires", qui connaît quelques titres réputés. Ces ouvrages, certes nous font découvrir des subtilités gastronomiques diverses avec un goût de la documentation qu'on ne peut qu'apprécier, mais empruntent surtout la forme des shonen par ailleurs : régulièrement a-t-on des phases d'entraînement, ainsi que des tournois, où l'on rivalise d'ingéniosité.

   Il en sera de même ici. Notre protagoniste a une caractéristique physique particulière, les "mains du soleil" : leur température est légèrement plus élevée que la normale, ce qui permet à la pâte qu'il travaille de monter plus vite. Cela lui donne un avantage indéniable dans la fabrication du pain et cette caractéristique, couplée à son incroyable ingéniosité, l'assure d'attirer irrémédiablement l'attention.

   Il faut alors le voir, fabriquer des pains en forme de crabe, qui bougent les pattes quand on appuie dessus ; des croissants élaborés avec plusieurs centaines de couches, qui vous transportent à Paris dès que vous les mangez ; d'autres choses encore. On sent que l'auteur a une véritable passion pour son sujet, et les tomes proposent même des recettes précises pour s'essayer à l'exercice.

   Je ne ferai cependant pas l'affront ici de prétendre qu'il s'agit là d'un chef d'œuvre du genre, ni même de son sous-genre plutôt spécifique. Déjà, parce que je suis loin de tout connaître ici ; ensuite, parce que le manga accuse quelques longueurs et quelques incertitudes qui l'empêchent, définitivement, de se hisser plus haut que son principe originel. Il y a certes toujours un plaisir à découvrir les nouvelles recettes, et cela nous invite à s'y essayer ; mais les personnages échouent souvent à sortir de la caricature qui les a fait naître, et des prototypes communs à ce type d'histoire.

   J'y reviens, pourtant, assez facilement. Il y a peu de tomes, tout cela se déguste assez vite, on y prend toujours un certain plaisir. Le sujet est si particulier et, à ce que je crois, inédit : on en retirera toujours quelque chose. N'hésitons pas : cela fait passer les journées longues sans pain.

 

Commenter cet article